Lyon: un père avoue le meurtre de sa femme et de quatre de ses enfants (Source Le Figaro)

Lyon: un père avoue le meurtre de sa femme et de quatre de ses enfants (Le Figaro)

L'immeuble du 8e arrondissement de Lyon où s'est déroulé le drame familial, samedi 5 décembre 2015.
L’immeuble du 8e arrondissement de Lyon où s’est déroulé le drame familial, samedi 5 décembre 2015. Crédits photo : ROMAIN LAFABREGUE/AFP

Le drame a été découvert, samedi soir, dans l’appartement familial. Les pompiers ont trouvé l’homme «prostré» dans son salon et les cinq victimes cachées sous des couvertures.

Un père de 33 ans, dont les «antécédents psychiatriques» étaient connus, est passé, ce dimanche, aux aveux après le meurtre de sa femme et de quatre de leurs enfants, la veille au soir à Lyon. C’est l’un des drames familiaux les plus meurtriers de ces dernières années en France.

«Vous savez, c’était avec eux “bonjour, bonsoir” pas plus. La famille venait d’emménager au rez-de-chaussée. C’était au printemps. Mais nous les croisions rarement car ils étaient très discrets. Mais c’était un couple qui, visiblement, avait l’air équilibré. Je ne me serais jamais imaginé un tel drame», raconte une voisine du couple.

C’est dans un petit immeuble du 8e arrondissement, au 3, rue Ludovic-Arrachart, que le drame a été découvert vers 20h45 par les pompiers après que la sœur de la mère a voulu rendre visite à cette dernière. «A son arrivée, l’équipage a découvert un homme assis dans son salon et dans une pièce voisine, quatre enfants et leur mère décédés et cachés sous des couvertures», a déclaré pour sa part un responsable des sapeurs-pompiers du Rhône. «Le père était prostré, il avait de la difficulté à parler. On a appelé aussitôt la police», qui a procédé immédiatement à son arrestation, a-t-il ajouté.

Les petites victimes, âgées de 6 mois, 18 mois, 3 ans et 7 ans, ont reçu, comme leur mère, «des coups de couteau», a précisé une source judiciaire, ajoutant que leur autopsie était prévue, mardi, «pour connaître les causes exactes de leur décès». La famille comprenait un cinquième enfant, âgé de 14 ans, qui a échappé au massacre en passant la soirée chez ses grands-parents. Selon cette source, le père de famille a «reconnu avoir commis les faits» devant les enquêteurs. «Son état est compatible avec la garde à vue». «Il y aura nécessairement dans ce genre de dossier des examens de type psychiatrique qui seront faits (…) mais le principe de la responsabilité pénale est reconnue» pour l’instant, a souligné la source judiciaire, alors qu’une autre évoquait des antécédents psychiatriques chez le trentenaire.

Présentation au parquet lundi

La garde à vue du suspect devait être prolongée, ce dimanche soir, pour une présentation au parquet lundi. Elle devrait déboucher sur l’ouverture d’une information judiciaire pour «homicides» et la mise en examen du père de famille. L’enquête a été confiée à la brigade criminelle de la sûreté départementale.

Le drame familial de samedi soir est l’un des plus meurtriers en France ces dernières années, marquées notamment par l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès, en avril 2011 à Nantes, où les corps d’une mère et des quatre enfants du couple ont été retrouvés enterrés sous la terrasse de la maison familial. Le père, Xavier, reste depuis introuvable. En mai 2010, les cadavres d’un médecin de 34 ans, son épouse et leurs quatre enfants, âgés de trois à neuf ans, avaient été découverts dans leur maison à Pouzauges (Vendée).

Plus récemment, le 26 novembre, les assises de Saône-et-Loire ont condamné à 20 ans de réclusion Céline Rubey pour avoir commis l’irréparable un jour de novembre 2013: le meurtre par asphyxie de ses trois fils. Elle avait reconnu à la barre: «Je n’arrive toujours pas à comprendre comment j’ai pu aller jusque-là.»

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *